logo

Les dates SAS expliquées à ma fille

Éternel sujet de questionnements, les dates SAS ont un fonctionnement qui a tout pour surprendre. Petite série d’explications avant qu’il vous prenne l’envie de passer toutes vos dates au goudron et aux plumes.

Comment sont stockées les dates SAS ?

Il existe deux types de variables qui contiennent des dates dans SAS : toutes deux sont de type numérique. On distingue les simples dates et les « datetimes ».

  • Les simples dates sont stockées comme des nombres de jours depuis le 1er janvier 1960. Les dates antérieures à 1960 sont stockées sous forme d’entiers négatifs. On peut stocker dans SAS des dates comprises entre le 1er janvier 1582 (- 138 061) et le 31 décembre 20 000 (6 589 335). Il est cependant déconseillé de travailler sur des dates antérieures à octobre 1582, car le passage du calendrier julien au calendrier grégorien[1] n’est pas très bien géré par SAS et peut produire des résultats erronés.
  • Les datetimes intègrent, comme leur nom l’indique, une dimension temporelle plus fine. Ils sont stockés en nombre de secondes depuis le 1er janvier 1960 à minuit. Comme pour les simples dates, tout ce qui est antérieur à 1960 est stocké comme un nombre négatif. Les datetimes sont compris entre le 1er janvier 1582 minuit (‑ 11 928 470 400) et le 31 décembre 20 000 à 23h59 et 59 secondes (569 318 630 399).

On trouve également des variables numériques « time » qui ne contiennent que les informations en secondes.

Stockage d’une date et d’un datetime

Pour le stockage d’une simple date, on peut utiliser une longueur (LENGTH) de seulement 4 octets (contre 8 par défaut). Pour cela, il faut qu’avant la création de la variable on insère l’instruction

LENGTH nomVariableDate 4 ;

En revanche, pour un datetime, il convient de conserver la longueur par défaut de 8 octets.

Conversion entre date et datetime

Les variables datetime sont particulièrement courantes dans les tables créées à partir d’un logiciel hébergeant une base de données relationnelle (SGBDR) comme Oracle, DB2, Access, Sybase, … car c’est ainsi que le module SAS/ACCESS récupère les données dates. En revanche, les datetimes sont pénibles à manipuler dans SAS, en particulier parce qu’il y a peu de formats et surtout de fonctions qui s’y appliquent, comparativement aux simples dates. Il est donc intéressant de savoir convertir ou éclater un datetime.

La fonction DATEPART permet d’extraire la date (en nombre de jours) d’un datetime. De manière similaire, la fonction TIMEPART récupère la partie temps, en nombre de secondes depuis minuit.

variableSimpleDate = DATEPART(variableDatetime) ;
variableTemps      = TIMEPART(variableDatetime) ;

A l’inverse, la conversion d’une simple date en datetime, ou la fusion d’une simple date et d’une variable temps en une seule variable datetime nécessite l’emploi de la fonction DHMS.

variableDatetime = DHMS(variableSimpleDate,0,0,0) ;
variableDatetime = DHMS(variableSimpleDate,
HOUR  (variableTemps),
MINUTE(variableTemps),
SECOND(variableTemps)) ;

Quels formats utiliser sur des dates SAS ?

Les dates et datetimes étant stockés en nombres de jours ou de secondes, leur affichage par défaut n’est pas très informatif. Il convient donc de leur associer un format afin de les rendre plus lisibles.

Les formats permettent également de choisir un niveau d’agrégat lors d’un traitement statistique (procédures Means, Freq, Tabulate, mais aussi instructions CLASS des procédures de modélisation comme GLM, Logistic, Genmod, …) ; on peut ainsi, sans modifier ni créer de variable, agréger à l’année, au trimestre, au mois ou au jour de la semaine.

Dans les exemples suivants, la valeur 15 000 correspond, en simple date, au jeudi 25 janvier 2001. Considérée comme un datetime, 15 000 correspond au vendredi 1er janvier 1960 à 4h10 du matin, tandis que 150 000 est le samedi 2 janvier 1960 à 17h40.

principaux formats datesCliquez sur les images pour voir les tableaux en plus grande résolution.

Principaux formats datetimes

Quelles fonctions utiliser sur des dates SAS ?

De même que pour les formats, il est souvent nécessaire de recourir à des fonctions permettant d’extraire des parties d’une date, ou de construire de nouvelles dates à partir d’éléments existants.

Les valeurs utilisées dans les exemples sont toujours varDate=15 000 pour les simples dates et varDateTime=150 000 pour les datetimes.

principales fonctions dates

Notons également les quelques « recettes » usuelles pour les calculs sur les dates…

  • Nombre de jours entre deux dates : simplement soustraire l’une à l’autre.
  • Age en années révolues : YEAR(TODAY())-YEAR(dateNaissance)
  • Age au jour d’aujourd’hui : FLOOR((TODAY()-dateNaissance)/365.25) ou YRDIF(dateNaissance, TODAY(), « ACT/ACT »)
  • Anniversaire des 25 ans :
MDY(MONTH(dateNaissance),
    DAY(dateNaissance),
    YEAR(dateNaissance)+25)

Sauf si la personne est née un 29 février. Sinon, une formule universelle :

INTNX("MONTH", dateNaissance, 25*12)+DAY(dateNaissance)-1

Principales fonctions datetimesCliquez sur les images pour voir les tableaux en plus grande résolution.

Comment évoquer une date SAS dans un programme

Proposer une date ou un temps dans un programme est quelque peu contraignant : on peut utiliser différentes écritures, pour comparer une variable date avec le 25 janvier 2001 par exemple…

WHERE varDate > 15000 ;
WHERE varDate > "25jan2001"d ;
WHERE varDate > MDY(1,25,2001) ;

Le premier exemple est difficilement utilisable, à moins de connaître le nombre de jours depuis 1960 correspondant à la date à tester ! Pour le second, la norme est la suivante :

  • le nom du mois est sur 3 lettres, en anglais (JAN, FEB, MAR, APR, MAY, JUN, JUL, AUG, SEP, OCT, NOV, DEC) ;
  • la chaîne jour mois année est entre guillemets ;
  • un D est collé au guillemet fermant pour demander à SAS la conversion en nombre de jours depuis 1960 ;
  • majuscules et minuscules (tant sur le D que sur le nom du mois) sont équivalents.

Pour un datetime, on peut procéder à partir des mêmes principes…

WHERE varDate > 150000 ;
WHERE varDate > "01jan1960:17:40:00"dt ;
WHERE varDate > DHMS(MDY(1,1,1960),HMS(17,40,0)) ;
WHERE varDate > "01jan1960"d * 24*60*60 + "17:40:00"t ;

Comment importer une date SAS

L’import de données dates dans SAS à partir d’un autre logiciel ne pose généralement pas de problèmes, à condition d’être attentif aux points suivants :

  • l’import de feuilles Excel dans Enterprise Guide génère souvent des datetimes là où Excel stocke des dates ;
  • l’import de tables Oracle, DB2, Sybase via les modules SAS/ACCESS correspondants (avec un LIBNAME ou du SQL pass-through) génère systématiquement des datetimes quand la table d’origine contient des dates ;
  • l’import d’une date dans un fichier plat (texte, tabulé, colonné, csv, etc.) doit utiliser un informat pour lire les données dates. Les principaux informats pour les dates sont DDMMYY, YYMMDD, ANYDTDTE (n’importe quel type de date), DATETIME, ANYDTDTM (n’importe quel type de datetime).

La partie la plus piégeuse de l’import de dates concerne le traitement par SAS des années sur 2 chiffres. Il est piloté par l’option système YEARCUTOFF qui indique quelle est l’année pivot (voir exemple ci-dessous pour la définition de l’année pivot).

OPTION YEARCUTOFF = 1950 ;

Les années 50 à 99 sont traitées comme appartenant au même siècle que 1950. Donc 50 sera compris comme 1950, 70 comme 1970, 99 comme 1999.

Les années 0 à 49 sont traitées comme appartenant au siècle suivant 1950. Donc 49 sera compris comme 2049, 0 comme 2000.

fonctionnement de l'option YEARCUTOFFCliquer sur l’image pour l’afficher en plus grande résolution.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] L’adoption du calendrier grégorien ne s’est pas faite à date harmonisée de par le monde (voir par exemple http://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_au_calendrier_gr%C3%A9gorien) ; en France, elle s’est traduite par le passage immédiat du jeudi 4 octobre 1582 au vendredi 15 octobre 1582, sans aucun jour intermédiaire.

12 found this helpful